Voilà un gadget insolite, mais qui en ravira certainement plus d’un.

Le Coravin Wine Access System vous laissera déguster du vin sans avoir besoin de retirer le bouchon.

Une aiguille très fine est insérée dans le bouchon et permet « d’aspirer » le vin, qui est immédiatement remplacé par de l’argon, afin de conserver au mieux le vin.

Révolutionnaire ou gadget, cela crée naturellement de nombreuses possibilités pour les restaurateurs et les amateurs de vin qui ne veulent pas gâcher.

Affaire à suivre.

Une véritable nouveauté pour la communication des vignerons : un stylo-plume où l’encre est remplacée par du vin! Cette idée saugrenue nous vient de la maison polonaise, Casa Mariol, producteur reconnu dans le monde entier pour l’originalité de ses produits et du design de ses bouteilles.

Souvent utilisé pour se faire connaître auprès des cavistes, e-cavistes, restaurants, etc. le mailing est l’un des canaux de communication préférés des vignerons du monde entier pour démarcher des acheteurs potentiels. Institution du monde viticole donc, Casa Mariol frappe un grand coup de com’ en bouleversant ce mailing en y ajoutant un stylo plume chargé d’encre à base de Cabernet-Sauvignon, le leur de préférence.

Pourquoi on aime ? C’est une idée vraiment sympa et différenciante. C’est un joli cadeau et utile pour signer des bons de commandes ;)

Ci-dessous, la campagne en photo et vidéo :

Le bon Citoyen de la République du Vin répondra plus ou moins: « A priori, pourquoi pas, sauf qu’on ne sait absolument pas qui se présente au concours, qui désigne les lauréats et combien de vins gagnent un macaron à la fin de la journée… » Il est vrai que c’est difficile de détailler les modalités d’un concours sur une étiquette de la taille d’une pièce de 2 euros, mais on se doute qu’il y a baleine sous le gravillon. C’est ce qu’on peut découvrir dans cet article publié sur Rue89, qui détaille les divers systèmes d’attribution des médailles aux vins de la grande distribution. On y découvre entre autres que la plupart des producteurs peuvent se présenter pourvu qu’ils payent, et que jusqu’à 33% des vins testés repartent avec une médaille, le tout sur des critères très flous, le plus souvent choisis de professionnels forcément assez subjectifs et qu’on peut soupçonner d’avoir des goûts différents des vôtres. Conclusion: médaille ou pas médaille, la façon la plus sur de bien faire son stocks de vins de copains sans se tromper, ça reste de les gouter avant; On est donc assez tenté de vous dire de venir faire un petit tour chez République du Vin…

Des jolies filles, préférablement nues, qui récoltent le raisin … Cela pourrait être un rêve un peu sexiste de certains vignerons et amateurs oenophiles.

C’est aujourd’hui une réalité, ou pourrait l’être, puisque Mike Hayes, viticulteur australien a redecouvert une méthode traditionnelle de vinification, vieille de 4 000 ans où tout le processus était accompli nu.
Fervent catholique, M. Hayes a entendu parlé de cette technique via sa paroisse, the Churchill Fellowship, où il est aussi enseigné que Noé lui même courait nu dans les vignes.

La récolte du raison se fait bien entendu, à la pleine lune, pour suivre les cycles lunaires qui auraient une influence sur le jus, comme ils en ont sur les marées.

Vinification chargée de mythes et de nudité donc, qui laissera rêveur les amateurs de la « Nature » ;) .

Quelques photos en attendant le reportage de Mike Hayes :

PS : ce ne sera pas sans rappeler les fameux Naked Wine Shows … Comme quoi la nudité et le vin s’entendent plutôt bien.

Ce n’est pas l’énième fruit d’une étude visant à prouver les bienfaits du vin sur le corps, mais bien une expérience menée dans le Sud de la France visant à créer une viande plus savoureuse, et surtout plus coûteuse.

Peut-être connaissez-vous le bœuf de Kobé ? Peut-être en avez-vous même gouté? Personnellement, je n’en n’ai jamais eu l’occasion, mais on dit que c’est bon. J’aurai certainement plus de chances de goûter le bœuf de Tastavy (ndlr: ce n’est pas le nom officiel), ce viticulteur de l’Hérault qui a eu l’idée d’allier à la nutrition des bovins 1 litre de vin du Languedoc-Roussillon, ce qui correspond, de manière proportionnelle bien sûr, aux doses recommandées pour l’homme, soit 2 à 3 verres de vins par jour.

Selon les raconteurs, les bovins semblent apprécier les deux litres de vin de Saint-Geniès-des-Mourgues qui viennent s’accorder avec le menu traditionnel à base d’avoine.

Résultat de cette expérience (qui a déjà eu lieu en Espagne et au Canada): la viande serait plus tendre car l’animal moins stressée, elle serait plus savoureuse procurant plus de plaisir au consommateur. Mais surtout elle serait plus chère, passant de 5 à 15 euros pour une pièce. En effet, le kilo de viande de bœuf de Tastavy avoisinerait les 100 €. Pas mal pour les éleveurs alors que la PAC touche à sa fin et que la crise bat son plein.

Si vous connaissez des restaurants qui en vendent, ou que vous avez un plan, faites tourner, on est preneur en dégustation avec nos petits vins de copains.

La République du Vin vous a redonné goût aux beaux vins? Maintenant, reprenez goût aux bovins!

L’épiphanie est certes passée, mais la consommation de galettes des rois ne s’arrête pas avec les Rois Mages, et heureusement. Nous nous sommes donc demandés que devrions-nous boire avec la galette ?

D’abord, définissons le sujet: il y a plein de sorte de galettes: aux fruits, à la crème, au chocolat, etc. donc plein d’accords possibles; cependant, nous nous intéressons aujourd’hui au grand classique, à l’incontournable, nommons la galette à la frangipane.

Tout d’abord, des bulles. Si malgré les cadeaux de Noël et les agapes de la Saint Sylvestre, il vous reste de quoi vous offrir des bulles, alors n’hésitez pas à partir sur un Champagne. Bien choisi, celui-ci viendra parfaitement enrober la douceur de la pâte feuilleté et le sucre de la frangipane. Choisissez de préférence un champagne gras, dont la vivacité s’impose en bouche et est donc apte à accompagner un dessert. Pourquoi pas s’il vous en reste le brut Sélection de François Girard?

Ou alors, vous êtes lassés des bulles, et voulez magnifier votre galette avec un petit vin tout tranquille; partez sur des vins blancs gourmands et sucrés pour accompagner la frangipane, mais pas trop lourd pour ne pas écraser le goût subtil de la pâte feuilletée. C’est un exercice difficile de recherche de vin car les moelleux classiques sont généralement un peu lourd, et les vins blancs secs rarement assez sucrés! On vous recommandera si vous avez fait votre stock, l’Ode à la Joie du domaine de Joy pour ceux qui privilégient la légèreté, et le Trois Quarts d’Or du Château de Lacroix pour ceux qui préfèrent la gourmandise.

Néanmoins, décidez vous sur un ou deux vins maximum, et n’en n’abusez pas. La galette des rois étant déjà assez lourde, un mélange trop violent pourrait bien vous rendre flagada.

Comme le veut la tradition artistique chez Mouton-Rothschild, c’est Anish Kapoor qui illustre l’étiquette du millésime 2009.

Plasticien-sculpteur britannique, Anish Kapoor, d’origine indienne, rejoint Braque, Cocteau, Dali, Picasso, Wahrol et bien d’autres, dans une longue série de grands artistes contemporains qui se succèdent chaque année depuis 1945 pour illustrer et sublimer l’un des cinq premiers crus du Médoc.

Pour l’occasion l’artiste présente une « gouache inédite », qui selon la baronne Philippine de Rothschild, « à la fois austère et flamboyante [...] exprime la poussée féconde la nature végétale, fruit d’une rencontre intense entre la matière et la lumière ».

De l’art contemporain en bouteille en somme ?!

Certains vous diront que le mieux reste cul sec…

Cependant, dans le choix d’un vin blanc tranquille, cette distinction, plus subtile qu’entre sec et moelleux, a son importance. Et pour une fois, vous pouvez faire la différence à l’instinct (ou en tous cas au palais). Vous avez trouvé ?

C’est bien une question de sucre ! Il faut considérer le sucre résiduel, c’est à dire le sucre restant après la fermentation alcoolique (rappelez vous, le reste du sucre a servi à nourrir les levures pour faire de l’alcool). Un vin sec aura moins de 4 grammes de sucre résiduel par litre, un demi-sec de 4 à 20 grammes.

Et ne laissons pas durer le suspense plus longtemps, les moelleux et les liquoreux sont la juste suite de cette pyramide avec respectivement 20 à 40 grammes et 40 et plus par litre de vin.

Conclusion : si vous utilisez du vin pour soigner l’hypoglycémie, utilisez 10 verres de sec pour un verre de liquoreux*.

Et à l’heure des fêtes, où les huîtres et le foie gras appellent chacun à un vin blanc différent, choisissez bien celui qui accompagnera le mieux votre plat.

Alors, sec ou demi-sec ?

* Bien sûr, République du Vin ne cautionne ni ne recommande cette méthode.

L’équipe République du Vin est récemment tombée sur le récent «Top 100» de la revue Wine Spectator, qui fait référence aux Etats-Unis. Ce classement tente de recenser les vins les plus intéressants du marché américain selon plusieurs critères: qualité, rapport qualité/prix, disponibilité sur le marché US et le X-Factor, ce petit plus qui peut être attribué par le jury séduit.

Résultats assez peu étonnants donc, car nous y trouvons principalement

Surtout des vins d’origine américaine : 40 références
20 vins italiens
Et seulement 17 français.

Trois pays qui comptent pour 3/4 de la sélection. Il est intéressant de noter que le premier «Bordeaux» arrive seulement en 94e position et le premier «Bourgogne» en 97e position. En France, les grands gagnants sont les Côtes du Rhône avec notamment le Gigondas «Valbelle» du Château de Saint Cosme qui arrive 10e position.
Notons d’ailleurs que République du Vin a déjà proposé d’autres vins du Chateau de Saint Cosme lors de ventes de charités!

Cette étude a intéréssé République du Vin car car elle confirme la tendance du marché à préférer des vins de régions moins cotées: Côtes du Rhône vs. Bordeaux. Aujourd’hui et de plus en plus, nos clients, et les amateurs de vin se dirigent vers des cépages oubliés, des appellations peu connues, ou encore des régions qui s’améliorent chaque année.

C’est aussi ce que nous défendons avec République du Vin. Place aux cépages modestes, et aux petites appellations et aux régions qui montent!

Comme sur d’autres secteurs d’activités, le marché du vin est lui aussi touché par la vague «développement durable»: de nombreux producteurs s’orientent vers le vin bio, nouveau fer de lance de l’industrie. Nous même avons succombé à cette tentation en juin en proposant à nos citoyens les vins du Domaine des Roy, une excellente production dont le souvenir nous laisse encore rêveurs.

C’est au tour du packaging de prendre le pas, et les innovations ne manquent pas; aujourd’hui la première bouteille de vin en …. Papier. Enfin presque, l’intérieur de la bouteille sera constituée d’une poche en plastique, très sensible aux températures qui refroidira très vite au réfrigérateur. L’extérieur serait un alliage de papier, dont le design reste à être améliorer.

On doit cette invention à l’anglais Martin Myerscough, fondateur de Greenbottle, qui négocie déjà avec de grandes manufactures de bouteilles pour voir sa production garantie.
Plus facile à ouvrir, moins gourmande en énergie lors de sa production et aisément recyclable, cette nouvelle bouteille qui pourrait être bientôt commercialisée au Royaume-Uni, séduira les écologistes et amateurs d’innovation.

Pas encore de date de mise en circulation, mais son créateur l’annonce pour bientôt mais reconnaît qu’il y a encore beaucoup de travail à faire.

Affaire à suivre …

Source: Design Week